Greffe rénale

 

 

 

Introduction

Si la greffe de rein est rarement vitale, elle change radicalement la vie de celui qui en bénéficie.

 Sans greffe, les personnes en insuffisance rénale terminale sont astreintes à la dialyse à vie. Elles doivent se rendre trois fois par semaine à l’hôpital, à chaque fois durant quatre à six heures, pour filtrer leur sang avec un appareil qui remplace le travail des reins.

 La dialyse est un traitement lourd et pénible qui altère la qualité de vie et la santé générale des patients. Ceux-ci sont durablement affaiblis et placés en situation de dépendance qui les oblige souvent à réduire ou cesser toute activité professionnelle.

La dialyse est particulièrement préjudiciable pour les enfants. Connectés 600 heures par an à une machine, ils n’ont plus de scolarité normale. Ils suivent aussi un régime alimentaire strict et prennent de nombreux médicaments. La dialyse les fragilise physiquement, avec des retards de croissance à la clé. Pour cette raison, les enfants dialysés sont prioritaires sur la liste d’attente de reins.

 La greffe d’un ou deux reins permet de supprimer les contraintes de la vie sous dialyse. Parce qu’elle fatigue moins l’organisme, elle augmente également l’espérance de vie des malades en insuffisance rénale terminale.

 

 

 

L'opération

Le greffon est d'abord prélever d'un individu vivant ou non par une équipe de chirurgiens. Le rein prélevé est ensuite amené en salle d'opération dans une glacière... Il est stocké depuis le prélèvement dans un récipient contenant une solution de conservation à environ 4°C. Le rein, l'uretère et les vaisseaux qui viennent d'être prélevés sont tout d'abord scrupuleusement examinés et préparés par le chirurgien. La greffe commence alors. Le greffon est placé dans l'abdomen (fosse iliaque) du receveur.

Trois anastomoses (sutures vasculaires) sont réalisées :


  • Veineuse, entre la veine du greffon et la veine iliaque externe du receveur.


  • Artérielle, entre l'artère du donneur et l'artère iliaque du receveur ou avec l'artère hypo-gastrique.


  • Urinaire, le plus souvent entre l'uretère du donneur et la vessie du receveur avec un système anti reflux.

     

     

Une fois les anastomoses veineuses et artérielles réalisées, la veine et l'artère sont déclampées. Le rein est revascularisé, il devient rose, du sang y circule. la greffe se termine par l'incision qui est refermée sur le greffon.

Le patient est alors transporté en salle de réveil où il sera sous surveillance pendant quelques heures. Dans les cas les plus favorables, le greffon a d'ores et déjà commencé à produire de l'urine.

 

 

 

Les causes

Un grand nombre de maladies sont capables d’entraîner l’insuffisance rénale chronique. Ces affections principalement les maladies cardio-vasculaires, l’hypertension artérielle, et le diabète qui détruisent le tissu rénal. Il y a aussi les infections bactériennes de la sphère ORL (Otho-rhyno-Laryngologie). Ce sont l’angine (les maux de gorge), l’otite (les maux d’oreilles), les sinusites, les caries dentaires surinfectées. Les germes qui sont responsables de ces maladies sécrètent des toxines qui détruisent le rein. A côté de cela, il y a les maladies virales telles que le Sida, l’hépatite virale B, l’hépatite virale C et des affections parasitaires (par exemple: la bilharziose digestive, la bilharziose urinaire). Il y a aussi les maladies héréditaires et des syndromes (par exemple: le syndrome de Fraley).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site